Aucun commentaire

Qui veut marcher sur les eaux ?

Je vous invite à relire le passage de Matthieu 14v22-33 : Jésus marchant sur la mer. Pour vous remettre dans le contexte, je vous fais un bref résumé de ce qui s’est passé quelques heures avant la traversée.

Jésus, accompagné de ses disciples, a opéré plusieurs miracles ce jour-là. En fin de journée, Il les « contraignit » à monter seuls dans la barque pour rejoindre l’autre rive sur une mer agitée, à vent contraire.

La plupart des disciples étaient des pêcheurs et, voyant la mer agitée, ils devaient sûrement se douter que la traversée allait être difficile ! Ils ont sûrement dû expliquer à Jésus les risques encourus en s’engageant de nuit, seuls, dans une barque sur une mer chahutée par le vent contraire.
Mais le Seigneur les obligea…

Jésus s’est choisi 12 « disciples », disciple veut dire « élève » qui reçoit l’enseignement d’un maître. Des hommes prêts à être formés par Jésus, à travers une discipline de vie et d’obéissance. Ces hommes étaient appelés à faire de grandes choses pour révéler la grandeur de Jésus, mais ce n’était pas sans formation.

Cette formation était obligatoire, les disciples ont dû passer par certaines épreuves, moments qu’ils auraient sûrement voulu éviter mais c’était un passage obligé pour qu’ils puissent progresser, « car tout disciple accompli sera comme son maître. » (Luc 6v40)

Sur quoi fixons nous nos regards, à quoi donnons-nous de l’importance ?

« Aussitôt, Pierre descendit de la barque et se mit à marcher sur l’eau en direction de Jésus. » (Matthieu 14v29)

Tant que Pierre avait les yeux fixés sur Jésus, il pouvait s’aventurer sur l’eau, il ne coulait pas. Mais dès qu’il laissa la peur le dominer, il commença à s’enfoncer… Dieu veut qu’à travers les difficultés que nous pouvons rencontrer nous regardions à lui et non à l’épreuve !

Pierre mettant sa confiance en Jésus qu’il connaissait intimement, sortit de la barque, de sa zone de sécurité et commença à marcher sur les eaux. Tout ce qui se passait autour de lui, l’obscurité, les vents contraires, la peur, etc. n’avaient plus d’importance ! Pierre n’a pas mis sa confiance en quelque chose qu’il ne connaissait pas, il l’a placée en Jésus.

Il est plus facile de prendre des risques lorsque nous connaissons la personne à qui nous confions notre vie !

Sa foi en Jésus lui a permis de marcher sur ce qui aurait pu le faire couler !

Jésus n’est pas dans la barque, il domine la tempête, en marchant sur les éléments ! Et toi où te trouves-tu en ce moment ?

Dans la barque, dans ta zone de sécurité (en apparence), subissant les vents où, balloté de tout côté ne sachant plus où donner de la tête, tu te demandes « pourquoi Seigneur ?», laissant les événements te terrifier, ne t’appuyant que sur tes propres forces ?

Fais confiance à Dieu et attends- toi à lui !

«  Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point;     Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas.… » (Esaïe 43 :2) 

Ou, malgré la tempête, te sachant dans la volonté de Dieu, espérant en lui, peut-être contre toute espérance, tu t’avances les yeux fixés sur Jésus ! Porté par ta foi agissante, ne doutant pas de son amour et de sa toute puissance, tu marches sur ces eaux dominées !

Persévère !

« Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. » (Hébreux 11v1)
« Et c’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, obtint l’effet de la promesse. » (Hébreux 6v15)

Ou, t’enfonces-tu dans les profondeurs, te sentant submergé par la souffrance, les difficultés, perdant tout espoir, ne sachant que faire ?

Crie à Dieu !

« Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite triomphante. » (Esaïe 41:10)

« Quand un malheureux crie, l’Eternel entend, et il le sauve de toutes ses détresses. » (Psaume 34v7)

Nos épreuves permettent à Dieu de manifester sa toute puissance. Il ne se réjouit pas de voir ses enfants souffrir mais sa volonté est de nous faire aller plus loin. Lorsque nous nous engageons à suivre le Seigneur, il arrive qu’il nous fasse passer par des chemins que nous n’aurions sûrement pas empruntés, mais sachons lui faire confiance car lui seul sait …

« Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux.
Et Jésus dit : vient ! »
(Matthieu 14v28)

Gaëlle BESNARD

Poster un commentaire